Quelles sont les différences entre la donation simple et la donation-partage ?

14 avril 2024

La transmission de patrimoine concerne de nombreux Français, qui souhaitent préparer leur succession et protéger leurs héritiers. Parmi les outils juridiques à leur disposition, il existe deux formes de donation : la donation simple et la donation-partage. Quelles sont leurs caractéristiques, leurs conditions de mise en œuvre et leurs conséquences ?

Définition de la donation simple et de la donation-partage

Commençons par définir ce que sont la donation simple et la donation-partage.

En parallèle : Gestion locative : quelle est la meilleure pratique ?

Donation simple

La donation simple est un acte par lequel une personne, appelée le donateur, transmet de son vivant et de manière irrévocable un bien ou une somme d'argent à une autre personne, appelée le donataire. 

La donation simple peut être faite à un ou plusieurs bénéficiaires, sans qu'il y ait de répartition préalable entre eux ; regardez ici pour voir dans quelles conditions elle se déroule. Elle est soumise aux droits de donation, qui varient selon le degré de parenté entre le donateur et le donataire, et selon le montant transmis.

Cela peut vous intéresser : Comprendre et maîtriser la déclaration fiscale en ligne pour SCI et LMNP

Donation-partage

Dans le cas de la donation-partage, le donateur transmet de son vivant et de manière irrévocable une partie ou la totalité de son patrimoine à ses héritiers présomptifs. La donation-partage permet de répartir les biens entre tous les bénéficiaires, en tenant compte de leurs droits successoraux et de leurs souhaits. Elle est aussi encadrée par les droits de donation, mais présente l'avantage de figer la valeur des biens au jour de la donation, ce qui évite les conflits ultérieurs.

Avantages et inconvénients de la donation simple par rapport à la donation-partage

Examinons à présent les avantages et inconvénients respectifs de chacun de ces modes de transmission de patrimoine.

Avantages de la donation simple

La donation simple est plus facile à mettre en œuvre, car elle ne nécessite pas de répartir les biens entre les bénéficiaires. Plus flexible, elle peut être initiée à tout moment, porter sur tout type de bien et s’adresser à n’importe quelle personne. En parallèle, elle donne accès à des abattements fiscaux renouvelables tous les 15 ans, ce qui réduit le coût de la transmission.

Inconvénients de la donation simple

À l’inverse de la donation-partage, la donation simple n'est hélas pas définitive. Elle peut être remise en cause en cas de réduction pour atteinte à la réserve héréditaire, c'est-à-dire la part minimale du patrimoine qui revient aux héritiers réservataires (enfants, conjoint survivant).

En outre, elle peut entraîner des inégalités entre les bénéficiaires, si la valeur des biens donnés varie dans le temps, ou si le donateur fait des donations successives à des personnes différentes. Sur cette base, contrairement à donation-partage, une donation simple peut générer des conflits entre les héritiers lors du règlement de la succession.

Donation simple ou donation-partage : que choisir ?

La donation simple et la donation-partage sont deux formes de transmission de patrimoine qui présentent toutes deux des avantages et des inconvénients. Le choix entre l'une ou l'autre dépend de plusieurs facteurs, tels que :

  • la composition et la situation de la famille du donateur ;
  • la nature et la valeur des biens à transmettre ;
  • les objectifs et les motivations du donateur ;
  • les conséquences fiscales et juridiques de la donation

Il n'existe donc pas de réponse universelle à cette question. Toutefois, il est conseillé de se faire accompagner par un professionnel du droit, tel qu'un notaire, pour étudier les différentes options possibles et choisir la solution la plus adaptée à chaque cas.